« Cela a été très difficile pour moi, raconte l’international tricolore. Mon père est arrivé en France l’année avant ma naissance ; ma mère est algérienne mais elle était là depuis plus longtemps. Chaque année ou presque, j’allais en Algérie. Je me sens français et algérien. » a t-il déclaré.

Ne comprenant pas ceux qui remettent en cause ou criiquent son choix, le champion du monde 2018 ajoute: « Certaines personnes ne comprennent pas qu’on peut avoir la double nationalité, qu’on peut aimer deux pays à la fois, vous voyez ? C’était difficile pour moi. J’étais jeune. Beaucoup de gens me disaient de choisir la France, beaucoup me disaient de choisir l’Algérie. Finalement, j’ai choisi la France mais ce furent des moments très, très durs. C’est la vie. Je ne regrette rien de ce que j’ai fait. » « Pas mal », a t-il par ailleurs lancé avec un sourire au moment d’aborder son titre de champion du monde.

Lire aussi :  Milan : Bennacer refuse une offre de prolongation

L’ancien Lyonnais a aussi fait part de la déception de son père qui le voulait plutot comme un fennec et non comme un bleu. « Il ne voulait pas ça, se souvient l’ancien Gone. C’est normal. Je comprends parfaitement cela. Il a toute sa famille là-bas, il a grandi là-bas. Toute sa vie là-bas. Ça lui a fait un peu mal quand j’ai choisi la France. Mais c’est la vie : il y a des décisions, et c’était la mienne. Je prends mes responsabilités. »