La Russie salue la volonté de l’Algérie de rejoindre les BRICS

La Russie a salué la volonté de l’Algérie de rejoindre les BRICS, le mardi 08 novembre 2022. C’est ce qu’a déclaré le représentant spécial du président russe pour le Moyen-Orient et l’Afrique et vice-ministre des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov. Nous vous proposons d’en savoir plus à travers cette édition du mardi 08 novembre 2022.

L’Algérie a manifesté sa volonté de rejoindre le bloc de marchés émergents regroupant le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. Ce qui a été salué par la Russie. Selon Bogdanov les relations de la Russie avec l’Algérie sont excellentes et leur dialogue est très étroit. « Cette question est discutée dans le cadre du travail commun au sein des BRICS » a-t-il indiqué dans une réponse à une question de l’agence de presse TASS. Va-t-il poursuivre, « Nous saluons la volonté de nos amis, partenaires et personnes partageant les mêmes idées de se joindre au travail dans des groupes tels que les BRICS ou l’OCS (Organisation de coopération de Shanghai) et d’autres où nous travaillons activement ». Il est à noter que la Russie est le deuxième pays après la Chine à accueillir favorablement la demande de l’Algérie d’adhérer à la famille des BRICS.

Pour mémoire, en juillet 2022, le président de la République algérienne, Abdelmadjid Tebboune avait affirmé que l’Algérie « s’intéresse aux BRICS, en ce qu’ils constituent une puissance économique et politique ». « L’adhésion à ce groupe mettrait l’Algérie, pays pionnier du non-alignement, à l’abri des tiraillements entre les deux pôles » avait-il assuré. En outre, Tebboune avait participé en juin 2022 par visioconférence à une réunion de haut niveau des BRICS. Il a affirmé au mois de septembre lors de l’ouverture des travaux de la rencontre Gouvernement-Walis, que l’Algérie avait pour objectif le développement du produit intérieur de manière à pouvoir adhérer aux BRICS. « Nous nous préparons dans ce sens » a-t-il confié.

Lire aussi :  Importation des véhicules neufs en Algérie : toujours pas de cahier des charges

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!

Please enter your name here