Publicité

Algérie : le ministère de la culture annule le film « La dernière reine »

AccueilActualitéAlgérieAlgérie : le ministère de la culture annule le film « La dernière...

Quelques jours après la diffusion de l’avant-première en France, le film «La dernière reine » vient d’être annulé en Algérie. Les détails dans cette édition du jeudi 8 décembre 2022.

« La dernière reine », est l’un des films les plus attendus par les algériens durant cette fin d’année. Il s’agit d’un film de Damien Ounouri et d’Adila Bendimrad. Initialement prévu pour le dimanche 10 décembre à 18h à la salle Ibn Zeydoun d’Alger, ce dernier a été annulé par le département de Soraya Mouloudji.

Voici les raisons de cette annulation

Le mercredi 7 décembre 2022, un communiqué rendu public par le ministère de la Culture en Algérie a annoncé l’annulation de l’avant-première de « La dernière Reine ». Un film tant attendu par les algériens. Selon ce que le ministère a avancé, il y a un manque d’autorisation. Alors que la salle qui devait diffuser le film est rattachée au ministère. « En se référant à la loi 11-03 du 17 février 2011 relative à la cinématographie et au décret 13-276 relatif à la délivrance des visas cinématographiques, que le film « La dernière reine d’Alger » n’a pas reçu de visa de diffusion, car il n’a pas encore été présenté en avant-première organisée par le Ministère de la Culture et des Arts », a indiqué le communiqué. Poursuit-il, « en conséquence, le comité d’organisation du festival annonce que le film « La dernière reine d’Alger », programmé en clôture du festival le 10 décembre, ne sera pas diffusé ».

« La dernière Reine d’Alger » : voici son histoire

En effet, l’histoire du film « La dernière Reine d’Alger » revient sur des événements du XVIe siècle en Algérie. Ce film a été achevé après plus de 6 ans de tournage, avec 15 sources de financement, dont le ministère de la Culture. Les événements du film se passent dans la ville portuaire méditerranéenne d’Alger en 1516. Ces derniers retrace l’histoire de Zaphira, une femme qui a résisté à la menace de l’infâme pirate Barberousse qui avait tué son mari, le roi Salim Toumi, pour prendre le contrôle de la ville et demander sa main. « Il se déroule à un moment historique de l’histoire d’Alger où tout a basculé lorsque la domination berbère a été écrasée et remplacée par l’empire ottoman », a indiqué le co-réalisateur du film Damien Ounouri. Outre l’histoire, l’autre originalité du film, c’est le décor et le costume. Ces derniers ont été réalisés par l’architecte et la designer algérienne Feriel Gasmi Issiakhem. Aussi, le créateur de costumes français installé en Algérie Jean-Marc Mireté a apporté sa pierre à l’édifice. « Nous avons assemblé différents décors comme un puzzle. Il reste peu de choses du patrimoine architectural pré-ottoman de l’Algérie. Il a été détruit au fil des invasions successives », précise le co-réalisateur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici