A 36 ans Olivier Giroud n’envisage pas encore de raccrocher les crampons. « J’ai envie de prolonger avec le Milan, j’ai réussi à gagner le cœur des tifosi en rapportant le Scudetto. On est en discussion. Si je peux finir ma carrière au plus haut niveau ici, je le ferai. Je pourrais partir dans une destination exotique, la MLS m’a toujours plu… », a t’il souligné.

En ce qui concerne les Bleus de l’équipe de France, l’ancien buteur d’Arsenal et de Chelsea se veut beaucoup plus prudent dans son propos. « Je veux enchaîner les buts et gagner des trophées avec Milan, confie-t-il quant à ses objectifs immédiats. Pour l’équipe de France, je ne sais pas encore. Je suis toujours dans la réflexion par rapport à ça. » La retraite internationale est-elle envisageable dès lors pour le Grenoblois de naissance ? « Je continue pour l’instant, répond-il. Ça m’a fait quelque chose de savoir que Hugo arrêtait après toutes ces années. Notre relation était spéciale. Tout peut arriver, tant que je n’ai pas annoncé ma retraite internationale, je reste sélectionnable. Il faut savoir si j’ai encore envie de porter ce maillot bleu qui compte tellement pour moi et je veux prendre du temps avant de prendre cette décision. »

Lire aussi :  Equipe de France : Benzema, la grande réponse 

Une chose est désormais sure c’est que  la tristesse après la  défaite concédée devant l’Argentine en finale de la Coupe du monde a été rangée dans les oubliettes. « On est passés à autre chose, je suis passé à autre chose personnellement. Je suis de retour avec Milan, mais ça fait mal au cœur quand même », dixit le meilleur buteur de l’histoire de la sélection tricolore (53 réalisations), qui admet avoir mal vécu son remplacement prématuré lors du match ultime. « Jusque-là, c’était une très belle Coupe du monde. J’étais déçu et surpris de sortir à ce moment de la finale, je pense comprendre que c’était tactique. Sortir en finale à la 40e, j’avais beaucoup de sentiments qui se mélangeaient à ce moment-là mais j’ai toujours été derrière mes coéquipiers »