Publicité

Djamel Belmadi et la FAF : Un Bras de Fer à plus de 7 Millions d’Euros ?

AccueilFootballDjamel Belmadi et la FAF : Un Bras de Fer à plus...

Les rebondissements autour de la démission annoncée de Djamel Belmadi de l’équipe nationale algérienne prennent une tournure inattendue. Découvrez les détails du bras de fer financier entre Belmadi et la Fédération algérienne de football, et les implications sur l’avenir du sélectionneur.

Djamel Belmadi : Démission annoncée, mais non actée ?

Djamel Belmadi

Après l’élimination décevante de l’Algérie à la CAN 2023, Djamel Belmadi a refusé de dévoiler son avenir avec l’équipe nationale, déclarant qu’ils aborderaient la question une fois de retour dans leur pays. Cependant, les déclarations officielles de démission ont suscité la confusion, avec des sources indiquant que la démission n’a pas été formellement actée.

Annonce contradictoire de la FAF

L’agence APS a initialement annoncé la démission de Belmadi, citant une source officielle. Cependant, en fin de journée, le président de la Fédération algérienne de football, Walid Sadi, a fait une annonce contradictoire sur les réseaux sociaux, évoquant une séparation amiable.

Lire aussi :  Riyad Mahrez s'exprime sur son avenir en sélection après la déception de la CAN 2023

Bras de fer financier entre la FAF et Belmadi

Walid Sadi de Djamel Belmadi

Les détails émergent d’un bras de fer financier entre Belmadi et la FAF. Selon des sources bien informées, le sélectionneur aurait refusé une résiliation à l’amiable avec une indemnité de trois mois de salaire (612 000 euros), réclamant plutôt le paiement intégral jusqu’à la fin de son contrat en 2026, soit plus de 7 millions d’euros.

Désaccord public et contacts étrangers

Une rencontre entre Djamel Belmadi et Sadi aurait abouti à un désaccord, mettant en lumière les tensions. Le refus de Belmadi de signer une résiliation à l’amiable pourrait être motivé par des désaccords avec la manière dont la FAF a géré sa démission, notamment des fuites d’informations sur des contacts avec des entraîneurs étrangers pour le remplacer.

Lire aussi :  Aissa Mandi, le premier joueur qui s'est excusé : Retour sur l'échec des Verts à la CAN 2023

Silence présidentiel et gestion chaotique

Walid Sadi

Le président de la FAF reste silencieux sur les raisons de la débâcle de l’équipe nationale. Cette affaire souligne une fois de plus la gestion tumultueuse du football algérien par la Fédération, avec des retentissants échecs en 2022 et la reconduction de Belmadi malgré ces résultats.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici