Algérie : sur les sanctions en excès de vitesse, la Gendarmerie…

Plusieurs sources médiatiques, pages et comptes sur les réseaux sociaux, ont relayé l’information concernant des sanctions de 50.000 dinars d’amende en Algérie et de retrait de permis pour plus d’une année qui pourraient toucher les conducteurs en cas d’excès de vitesse de plus de 30%.

Pour mieux apporter d’explication sur le fait, la Gendarmerie Nationale a publié un communiqué explicatif, le jeudi 20 octobre sur sa page officielle « Tariki ». Selon le communiqué, l’amende de 50 000 dinars algériens est une « amende maximale pour chaque conducteur qui dépasse la limite de vitesse légale autorisée par 30% ou plus». Cela est pour les véhicules à moteur avec ou sans remorque ou encore semi-remorque. Il en est de même pour chaque classe de véhicule. Du même communiqué, il faut  préciser que le retrait du permis de conduire, n’est pas du ressort de la Gendarmerie Nationale. Il confirme que lorsqu’un dossier prouvant cette infraction est transmis aux autorités judiciaires compétentes, en plus de la sanction citée ci-dessus, elles peuvent suspendre le permis de conduire pour une période d’un an. Par ailleurs, il est à noter que  ces sanctions sont en vigueur depuis la mise en application de la circulaire ministérielle conjointe n°01 du 20 janvier 2022, relative à la suppression des procédures de suspension et de retrait des permis de conduire par les commissions étatiques chargées de la suspension des permis de conduire.

Lire aussi :  CAN 2025 : un nouveau pays vient concurrencer le Maroc et l’Algérie

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here